Que faire de mon crédit étudiant (ou autres crédits) ?

Comme j’ai déjà eu l’occasion d’en parler sur ce blog, j’ai dû contracté un crédit étudiant pour financer mes études. Aujourd’hui, c’est une situation qui me pèse car j’ai des mensualités importantes à rembourser (équivalentes à un petit loyer). Je suis à l’affût des opportunités pour me débarrasser de cette ligne négative qui grève aussi mon patrimoine !

Identifier le bon et le mauvais crédit

A l’image du bon et du mauvais chasseur, la première étape consiste à distinguer le bon du mauvais crédit, et ceci sur deux axes : l’objectif du crédit et son type.

Que finance le crédit ?

Le bon crédit est celui qui finance un bien tangible, durable et même dans certains cas un « actif » qui permet de créer de la valeur :

    • Bien immobilier dont la valeur varie peu dans le temps et qui assure un besoin de base (se loger).
    • Crédit Etudiant pour financer une formation qui permet de décrocher un travail mieux rémunérer
    • Équipements, machines qui permettent pour une entreprise de produire et de générer de la valeur

A l’inverse, un crédit qui permet de financer un bien ou un service qui va perdre de la valeur est dangereux :

    • Crédit auto
    • Voyage
    • Hi-Fi, électro ménager

 De quel type de crédit s’agit-il ?

Il existe deux grands types de crédit utilisés par les particuliers : le crédit renouvelable (ou réserve d’argent) ou crédit amortissable.

Le crédit renouvelable est particulièrement lourd pour votre budget en raison de taux d’intérêts particulièrement importants (de l’ordre de 20%) et de frais parfois obscures qui augmentent largement le prix de base du bien ou service financier.

Le crédit amortissable, plus classique est un prêt consenti à taux fixe ou variable pour une période précise avec un taux d’intérêt plus raisonnable.

Ainsi mon crédit étudiant n’est pas vraiment un « mauvais » crédit, puisque sans lui, je n’aurais probablement pas pu mener des études supérieures et atteindre le niveau de rémunération que j’obtiens aujourd’hui… mais ça ne m’empeche pas de vouloir l’éradiquer 😉

Commencer par rembourser les anciens crédits ! sans en contracter de nouveaux

Cela peut paraître évident, mais la meilleur façon de garder le contrôle de ses finances, c’est d’éviter de contracter de nouveaux crédits et de mettre rapidement en place une dynamique d’épargne pour couvrir vos projets à moyen terme (renouvellement voiture, équipement de la maison, voyages…)

Rembourser par anticipation

Il peut être utile de rembourser un crédit par anticipation dans les cas suivants :

  • Au début d’un crédit amortissable, lorsque la part d’intérêt dans les mensualités remboursée est la plus importante.
  • S’il s’agit d’un crédit renouvelable qui présente un taux très importants !

Ce remboursement par anticipation peut être réalisé :

  • En revendant le bien qui a généré le crédit (le plus vite possible après un achat que l’on regrette pour éviter une perte de valeur trop importante)
  • En utilisant son épargne pour économiser des intérêts, (sauf si on peut placer son épargne à un taux supérieur à celui du crédit bien sûr !)
  • Après une entrée d’argent exceptionnelle (héritage, prime…)

Moduler ses remboursements

L’idéal quand on contracte un crédit est de s’assurer que celui –ci sera modulable en fonctions des aléas de la vie. Ceci est particulièrement vrai pour les emprunts immobiliers qui nous engagent sur de longues durées et dont on devrait pouvoir moduler facilement les mensualités à la hausse (augmentation de revenus) ou à la baisse (baisse de revenus) ou la durée de remboursement (en raison d’un remboursement anticipé ou d’une volonté de réduire la mensualité).

Utiliser le rachat de crédit

Une dernière méthode particulièrement intéressante pour limiter la part de son budget consacrée aux crédits est le rachat de credit, qui consiste à contracter un crédit unique pour en remplacer plusieurs.

En utilisant cette mécanique on bénéficie de deux avantages :

  • Le regroupement de crédit permet d’obtenir un taux moyen plus faible que la moyenne des anciens crédits (surtout s’il y a parmi eux une grande part de crédit à la consommation à fort taux d’intérêt)
  • La mensualité obtenue est plus faible et permet de consacrer ses ressources à d’autres projets ou à l’épargne.

 

Dans le cas de mon crédit étudiant, une des bonnes solutions serait celle d’un remboursement anticiper pour économiser environ 200€ d’intérêts restant à payer. Pour l’instant, j’ai choisi la solution de continuer à rembourser le crédit selon son échéancier initial pour continuer de me constituer une épargne de précaution et éviter de contracter de mauvais crédits.

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?


Rss Feed Tweeter button Facebook button