Vive la Rêvélution ! Une crise de conscience difficile pour un monde meilleur.

S2 / 78La Rêvélution ? Mélange de Rêve, de Révélation, Une envie de révolution, pour notre évolution. Avertissement ! Cet article est un patchwork d’idées vagabondes métaphysico-politico-économiques… Mais au fond persiste une vraie question : Où va-t-on ?

La révolte monte dans la rue, un tract syndical m’interpelle. Et si nous avions tort ? Et s’ils avaient raison ? Et s’il fallait vraiment changer les choses ? Les 40 voleurs du CAC existent-ils vraiment ?

Game Over : La fin des partis

D’un côté, la « droite bourgeoise » souhaite aller travailler, persuadée que seul le travail paiera les retraites, que seule une bonne carrière permet d’économiser en masse pour détenir un capital qui la fera moins travailler à terme, pour profiter de la vie.

De l’autre, « la gauche révolutionnaire » souhaite une meilleure répartition des richesses pour, elle aussi, moins travailler et consommer toujours plus de vide.

Moi, petit ingénieur capitaliste, qui croie à sa petite carrière tranquille et à sa réussite, je ne sais plus à quel bord j’appartiens. Mais à y regarder de plus près, je n’ai envie d’aucun de ces bords… les deux vont dans le mur ! Rassurez-moi. Je suis dans la caricature et il existe sûrement des alternatives politico-économiques crédibles ?! Non ?! On est bien mal barrés alors !

Les deux bords ont torts parce que chacun  (moi compris) cherche à maintenir ses privilèges ou ses acquis (comme bon vous semble) dans un système qui court à sa perte. Le consumérisme piège tout le monde, des classes les plus pauvres aux plus riches (moi compris), dans une quête du bonheur perpétuellement inassouvie. Mais quand prendrons-nous conscience de nos véritables besoins ?

Les sujets qui fachent

Il y a quelques sujets économiques qui me tournent un peu la tête. La fameuse « croissance » par exemple. Petite pause théorique (dîtes moi si je me trompe) : la Croissance, c’est l’augmentation du Produit Intérieur Brut. Le Produit Intérieur Brut, c’est la somme de la « valeur ajoutée » générée par tous (enfin, tous les courageux travailleurs) dans les entreprises françaises. Cette valeur ajoutée sert à financer les salaires, les impôts, les bénéfices… C’est ce qui reste quand on enlève au chiffre d’affaire d’une entreprise, la plupart de ces coûts.

Il y a donc plusieurs moyens de générer de la croissance : soit on augmente la consommation (des petits français ou des petits étrangers via l’exportation), soit on réduit les coûts en étant plus efficace par exemple.

La second moyen est le plus vertueux. Mais à l’échelle mondiale, c’est bien la consommation qui augmente, et avec, une mobilisation toujours plus grande des ressources naturelles.

Dans un pays démographiquement stable (comme la France) le minimum ne serait il pas de faire aussi bien qu’avant, et que chacun, en théorie puisse profiter des 30k€ de valeur ajoutée que le pays génère environ par personne ? Sans chercher à augmenter constamment cette valeur ?

Pourquoi ne supprime-t-on pas les bénéfices, les dividendes pour ne pas dilapider au profit des riches cette fameuse valeur ajoutée? Parce que si on ne rétribue pas le capital, il n’y a plus de capital, donc plus d’entreprise, donc plus de travail…

Mais alors il faudrait tout nationaliser ? On supprimerait tout le capital et les entreprises appartiendraient à l’état ? Cette solution s’appelle le communisme et ca ne marche pas non plus, parce que certains exploiteront toujours les faiblesses des autres. (cf Coluche)

Et si on repartait dans l’autre sens, dans le sens de l’histoire. Comment en est-on arrivé à la situation actuelle ? Serait-il éthique de vouloir contrôler les naissances ? J’espère que le petit schéma simplifié suffira :

Besoin de sécurité > Stockage > Plus de population (pas assez de contrôle ?) > manque de ressources > déplacements, guerres, conquête > stockage > plus de population (pas assez de contrôle ?) > moins de travail > … > ….

Une alternative crédible ?

Non, pour lutter contre le capitalisme, il faut donc que chacun trouve son talent et l’exerce ! En apportant une vraie valeur, un vrai service, ou un vrai produit, en répondant à un vrai besoin de base !

Finalement, ne serait-ce pas l’objectif de la « Décroissance », que tenter de revenir aux vrais besoins de l’être humain ? Une consommation sans excès, un niveau d’équilibre entre les ressources et les besoins ?

A quoi sert-il de bloguer ?

Alors où va-t-on ? Et vous blogueurs optimistes, et moi ? Où allons-nous ?

Ma pensée du jour est la suivante (attention, elle est moche) : « Le Web n’offre pas vraiment d’alternative soutenable, le blogging,  c’est de la masturbation intellectuelle et rien de plus qu’un moyen pour vendre du rêve et spolier ses semblables… » Pourquoi plus d’argent ? Pour toujours plus de rêves ? Plus couteux ? Plus irrespectueux de la nature ? Plus en faveur du déséquilibre général ?

Et pourtant, avec les blogueurs de la communauté du développement personnel, on touche à de bons principes : trouver son talent, tendre vers l’indépendance financière, gérer son budget, simplifier sa vie, améliorer ses relations sociales… Bref, reprendre le contrôle de sa vie et son libre arbitre ! Mais cela suffira-t-il ?… Surtout si pour cela, on ne vend que des produits sans véritable valeur ajoutée, que du rêve.

Préparons l’indépendance durable !

Doit on en arriver jusqu’à préparer l’autarcie ? Répondre seulement à ses besoins vitaux ?

  • Avoir un toit
  • Avoir un lopin de terre pour nourrir 4 personnes
  • Mutualiser les espaces. (éco village ?)
  • Cesser de chercher à avoir plus d’argent,
  • Rechercher plus d’indépendance vis-à-vis des besoins vitaux (nourriture, vêtements, sécurité, reconnaissance de talents simples > vie en société, amour)
  • Limiter les déplacements. Utiliser les transports en communs.
  • Ne plus consommer d’énergie autre que renouvelable

Où faut-il vivre pour cela ? Combien faut-il d’argent ? Pour un petit terrain + un petit toit ? Un petit rêve à 100k€ ? Cela représente de longues années avant de décrocher du système s’il faut financer un crédit… Un rêve à 60k€ semble plus accessible. Mais en 2 ans et avec 6000€ d’économies j’en suis seulement à 10%. Plus que 20 ou 25 ans ! Courage !

Il semble difficile de parvenir à cet équilibre sans quitter très progressivement le système, à moins de générer des richesses, de répondre aux besoins actuels par des solutions alternatives (éco tourisme, culture bio, artisanat, aide à la mise en place d’éco villages) en veillant toutefois à respecter les principes précédents (Proximité du train, ou à moins de 100km d’une gare en voiture électrique rechargée par énergie éolienne ou panneau solaire).

La logique voudrait également que l’on soit sevré progressivement  de nos plaisirs ou besoins superficiels : restau ?, vacances ?, ordinateur ?, télévision ? électronique divers ? voitures ? téléphone portable ? eau du bain ? Et c’est plus facile à dire qu’à faire !

Voilà à quoi me conduit un simple tract aperçu en période de manifs… Que de remises en questions… Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Où est le juste milieu ? Comment pensez-vous contribuer à l’équilibre du système ? N’hésitez pas non plus à contredire certains de mes points de vue farfelus sur l’économie… Merci d’avance !


Creative Commons License photo credit: Chazz Layne

Une pensée sur “Vive la Rêvélution ! Une crise de conscience difficile pour un monde meilleur.”

  1. Je crois que tout le monde doit essayer de travailler pour soi en ne comptant que sur soi.
    Nous comptons tous sur les autres.
    Regardons ce qui se passe ailleurs.Dans les pays comme Dubai,il est très facile de créer son entreprise.
    Au pakistan,tout le monde « bricole »:chacun propose ses services aux particuliers.
    On doit suivre ces exemples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.